Recyclage automobile

Vous avez une vieille voiture et vous vous demandez où elle va passer? Voici comment le recyclage de véhicules est structuré et comment les cycles des matières sont bouclés:

Récupération automobile

Le traitement des véhicules hors d’usage commence chez le recycleur d’automobiles. Il existe environ 60 entreprises de recyclage automobile en Suisse, dont 20 sont réunies dans la VASSO (www.vasso.ch). Le recycleur commence par dépolluer le véhicule, c’est-à-dire il vidange tous les liquides et démonte les pneus et les batteries. Les batteries sont recyclées, tandis que les autres déchets sont souvent incinérés dans des cimenteries pour fournir de l’énergie.

Les recycleurs démontent en outre les pièces de rechange réutilisables; leurs entrepôts de pièces détachées comprennent jusqu’à 200 000 pièces. Cela est surtout utile pour les véhicules plus âgés. Les pièces sont contrôlées. Pour finir, le véhicule dépollué est aplati pour des raisons de transport, puis vendu à un broyeur.


Broyage

Les installations suisses de broyage (www.swiss-shredder.ch) traitent 60 000 à 70 000 épaves d’autos par an. Les véhicules ne présentent toutefois que 10 à 40 pour cent des rebuts métalliques traités par un broyeur. L’objectif consiste à récupérer les métaux précieux, dont la ferraille broyée (ferraille de fer et d’acier) ainsi que l’aluminium, le cuivre et d’autres métaux légers et non ferreux. Etant donné que les voitures de tourisme sont composées à 70 à 75 pour cent de métaux, 40 000 à 50 000 tonnes de résidus métalliques sont réacheminées vers les aciéries et les fonderies. Cela permet d’économiser des matières premières et de l’énergie.

Il reste 15 000 à 20 000 tonnes de fraction légère de déchiquetage (résidus de broyage automobile RBA) et de fraction lourde de déchiquetage par an, qui sont valorisées thermiquement dans des usines d’incinération des ordures ménagères (UIOM), qui en produisent de l’électricité et de la chaleur à distance. A la fin restent les scories d’UIOM, qui sont mises en décharge après traitement ultérieur.



Valorisation des RBA dans les UIOM avec traitement des scories

Les RBA étant des déchets spéciaux ne pouvant pas être séparés en matières premières pures, la valorisation thermique présente la seule solution valable. Les RBA se composent principalement de matières plastiques, de matériaux isolants, de fibres telles que le bois, de textiles/cuire, de verre, de rouille, de poussière de peinture et de métaux résiduels. Ces derniers finissent dans les résidus d’UIOM et sont séparés dans les installations de traitement des scories (par ex.   www.zar-ch.ch, www.dhz.ch) puis réintroduits dans le cycle des matières.